LIVRE « LEADERSHIP SANS EGO » : EXTRAITS II

Posted on

Le 13 mars 2019 est sortie chez Fayard le livre « Leadership sans ego » à l’écriture duquel nous avons participé avec Brian Carney et qui est consacré à la philosophie de leadership de Bob Davids.

Nous publions sur LinkedIn chaque jour un extrait. En voici les extraits suivants :

6. « Manager, c’est contrôler ce qui est contrôlable. Dans les affaires, on a la main sur trois choses, et trois seulement. La première, c’est le temps, la seconde, l’argent, et la troisième, la qualité. Ce sont les seules choses qu’un leader ou qu’un manager puissent contrôler. Remarquez bien que les personnes ne figurent pas dans cette liste. Les personnes, elles, vous ne pouvez pas les contrôler. Vous n’avez pas la main sur ce qui se passe dans la tête de vos salariés. Il est impossible de manager des gens, vous pouvez simplement les conduire. Chaque fois que j’entends quelqu’un dire : “Je manage huit personnes”, ça me fait grincer des dents. »

    1. « Le manque de confiance est un manque de culture. Si une société a la bonne culture d’entreprise et le bon personnel, vous n’avez pas besoin de règles. Et si un employé abuse de votre confiance, remplacez-le. »
    2. « Il faut ramener la prise de décision au plus bas niveau hiérarchique possible. Une société qui laisse la prise de décision monter vers l’échelon hiérarchique supérieur est mal gérée. Le PDG finit par être submergé et inefficace. »
    3. John Wooden, coach légendaire de basket désigné meilleur entraîneur du XXe siècle : « Concentrez-vous sur votre préparation, pas sur la leur ; sur votre exécution, pas sur la leur ; sur votre effort et vos propres désirs, pas sur les leurs. Ne vous inquiétez pas d’eux. Laissez-les plutôt s’inquiéter à votre sujet. »
    4. « Personne n’est spécial ; tout le monde est spécial. Il faut vraiment comprendre que pour la culture d’entreprise, on est tous pareil. Tout le monde, en tant qu’être humain, a la même valeur. Les gens s’égarent quand ils croient que leur meilleure éducation ou leur talent supérieur fait d’eux des personnes spéciales. Ils ont peut-être été mieux élevés, ils ont peut-être des biens, mais dès qu’ils se mettent à se dire qu’ils sont spéciaux, ils se trompent. Pour collaborer et prendre des décisions avec les autres, en équipe, il faut être sur un pied d’égalité. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *